Posts categorized “Rencontre(s)”.

Le Grand Dégoût Culturel…

Une conférence d’Alain Brossat à l’Erg!

Jeudi 5 Mai / 9h / Erg / Auditoire / Rue du Page (Ouvert à tous)

“Qu’il y ait des évènements intéressants et même importants et que cependant rien ne puisse avoir lieu qui nous dérange, telle est la philosophie de tout pouvoir établi et, par- derrière, de tout service de la culture” Maurice Blanchot, L’Amitié.

Comment comprendre que l’omniprésence de la sphère culturelle ne suscite nulle part ni opposition ni inquiétude ? D’où vient pareil unanimisme ? Et que cache-t-il ?

Partant de ces questions peu orthodoxes, Alain Brossat dessine les mornes contours de la « démocratie culturelle » dans laquelle nous baignons désormais, gavés et assoupis, mais aussi isolés et insatisfaits. Ce nouveau régime de gouvernance supplante chaque jour un peu plus notre vieille « démocratie politique », vaincue par le marché et ses irrésistibles attraits : précisément les marchandises culturelles !

Non content de donner, avec les armes du philosophe, un grand coup dans la fourmilière de notre tout-culturel, de ce « toujours plus de culture » que l’édition et la librairie connaissent si bien, non content d’être un livre de combat contre une pensée plus que dominante (il faudrait dire hégémonique), cet essai résolument à contre-courant dévoile l’ampleur de ce qui se joue dans ce désintérêt de la politique au profit de la culture : tout simplement notre servitude.

Alain Brossat enseigne la philosophie à Paris VIII-Saint-Denis.


SARAH MOON HOWE à l’Erg !

EN CAS DE DEPRESSURISATION, un film de Sarah Moon Howe!

Mardi 5 Avril à 9h (Auditoire Rue du Page)

En présence de la réalisatrice!

Comment tenir le coup suite à l’annonce du handicap de son enfant?
Cette nouvelle est comme un raz de marée, quelque chose qui vous fait vous vider de votre sang. Tout ce qu’on a rêvé éclate face à ce drame qui s’empare de votre vie. Et puis, très vite, c’est autre chose qui prend le relais.
“Pour rester vivante, j’ai filmé au quotidien ce que je vivais avec mon fils et je suis partie en tournée avec une troupe de danseuses quelques jours par mois pendant deux ans. Si je voulais aider mon petit, je devais aussi penser à moi”. C’est d’abord aux parents que les hôtesses de l’air conseillent de placer le masque à oxygène en cas de dépressurisation, et puis sur leurs enfants.
Ce documentaire est le point de vue subjectif de la réalisatrice touchée de plein de fouet par les difficultés de son enfant et son “bricolage de vie” pour tenir le choc. Oscillant entre vie de famille et tournées, les images montrent le clivage mis en place par la mère pour ne pas être entièrement happée par le handicap de son fils et rendre leur quotidien le plus heureux possible.
Pour faire entendre sa voix, Sarah Moon Howe utilise un langage très personnel à partir d’éléments explosés mêlant archives familiales, images du quotidien, scènes oniriques, vidéos médicales, images super 8, rêves et angoisses, animation et des plans réalisés lors de la tournée “Nightshade”, ….

With whose blood were my eyes crafted?

MASTER 1 NARRATION
Mardi 30 Novembre - 9h

“With whose blood were my eyes crafted?”
Une lecture du manifeste des Savoirs Situés de Donna Haraway.
Par Benedikte Zitouni.

A notre demande, Benedikte Zitouni replongera dans le texte/manifeste des Savoirs Situés, rédigé par Donna Haraway en 1986.

Comment s’engager tout en nourrissant l’envie des chercheures pour la factualité, le real world et même l’objectivité des comptes-rendus? A partir du texte, en le parcourant paragraphe par paragraphe, Benedikte Zitouni parlera - avec et à travers Haraway - de constructivisme, d’objectivité, de savoirs assujettis, de comptes-rendus actifs, de détachement passionné, d’incarnation et de positionnement, de coyotes rusés et du refus de l’innocence. Elle opérera comme passeuse ou témoin vivant de la force de ce texte et du milieu qui l’a produit, tout en parcourant les effets de ceux-ci sur ses recherches.

Benedikte Zitouni est docteur en sociologie et chercheuse à l’ULB. Membre du GECO (Groupe d’Etude Constructiviste dirigé par Isabelle Stengers). Elle a notamment travaillé sur l’écologie urbaine, le GIP (Groupe d’Information sur les prisons), l’école de Chicago. Elle vient de publier “Agglomérer. Une anatomie de l’extension bruxelloise (1828-1915)” dont l’élogieuse postface est signée par Bruno Latour.

Erg - Auditoire (entrée libre)
87, Rue du page
1050 Bruxelles

TXT INTERVENTION MAGALI MICHAUX - Erg

Voici les notes (remarquables et copieuses!) de Magali Michaux pour sa conférence à l’Erg ainsi qu’une playlist Youtube qu’elle à concoctée spécialement pour nous!

Merci encore à Magali!

PLAYLIST VIDEO

TXT : magalimichauxerg

Fanzines Under Attack

Fanzines Under Attack
Featuring Xavier Garcia-Bardon a.k.a. the great collector


mardi 2 mars - 9h/12h
erg - rue du page

Une plongée dans les mondes multiples des fanzines… de 1920… à nos jours…
Science Fiction … Hardcore … Punk … Underground … Free Press … Comics … Collage … Minorités politiques … Fan Club … Illu … Photocopies … Do It …

(Avec surtout la possibilité de les voir en chair et en os…)

Ce n’est pas le Minotaure qui crée le labyrinthe, c’est l’inverse.

MARDI 2 FEVRIER, 9h-12h

“Ce n’est pas le Minotaure qui crée le labyrinthe, c’est l’inverse” -
Transgression, Subversion, Art et Sexualité.

Par Magali Michaux.

Cet exposé proposera un rappel théorique des redéfinitions de la sexualité initiées par Michel Foucault, les mouvements féministes et gay ainsi que le Queer pour examiner ensuite quelques créations contemporaines touchant à la sexualité. L’accent sera mis sur les notions de transgression et de subversion en tant que forces traversant les approches, les Å“uvres et leur réception.

On y croisera également, Annie Sprinkle, Maria Beatty, Felix Gonzales-Torres, Jean Genet, Claude Cahun, Marcel Duchamp, Alberto Sorbelli, Catherine Opie, Lynda Benglis, Zoé Léonard, Hans Bellmer, …, …

Ce travail se base, notamment, sur les deux mémoires réalisés par Magali Michaux dans le cadre de ses études à l’Erg.

Auditoire Rue du Page - ERG

Expo Emmanuelle Q.

Le Bateau du père à l’Erg

“Le Bateau du père”, Clémence Hébert.
15 déc. / 9h-12h / Auditoire Rue du Page

Nouvelles narrations: Le documentaire à l’épreuve de la fiction.
En présence de la réalisatrice!

Quand Clémence Hébert retourne à Cherbourg, sa ville natale, c’est pour filmer ce qui subsiste de son père, mort d’alcoolisme dans l’incendie de son appartement. Quelques photos, des lettres, des vidéos familiales.
En confrontant ces archives aux portraits de ses proches, elle met en scène la rencontre entre le passé et le présent et tente de renouer avec ce qu’elle a fui. La caméra passe de main en main, des parents aux enfants, des vivants aux morts… Le film de famille se complète et l’histoire d’une lignée se révèle. Cherbourg est une ville portuaire et les hommes de cette famille des marins pêcheurs.
Le bateau du père est un film sur le deuil du père, de l’enfance et du paradis perdu. L’invention d’un rituel cinématographique.

Voici un petit dossier que nous à envoyé Clémence dossier-bateau (pdf)

JAMES FERRARO A L’ERG!!!

VIDEOGRAPHIE
ET MASTER 2 - Médiation du réel / Document & enregistrement
PRESENTENT

JAMES FERRARO,
THE LAST AMERICAN HERO
VERY SPECIAL GUEST.
MARDI 27 OCTOBRE (15H/19H) - ERG

> PRESENTATION DE POCHETTES/COLLAGES
> CONCERT
> PROJECTION DE SA VIDEO (CULTE), COMPILATION D’EXTRAITS DE SES FILMS FAVORIS (d’Evolver à Battlefield Earth)

Membre du duo The Skaters, et auteur en solo d’innombrables enregistrements sortis en CDr, cassettes, LP sous une multitude de pseudonymes, James Ferraro (23 ans?) est sans conteste l’un des musiciens les plus mystérieux, prolifiques et inventifs qui soient aujourd’hui. Son univers musical et graphique croise aspirations mystiques, cauchemar futuristes, développements oniriques à travers les fumées magiques des paysages post-industriels américains. Entre revival new age, cauchemars de Robocop et collages adolescents, ses compositions / improvisations / collages sonores sont généralement enregistrés sur cassette, développant simultanément une esthétique de la pauvreté et une recherche de l’extase, que l’on retrouve dans ses collages / pochettes de disques, superpositions de photocopies noir et blanc amalgamées jusqu’à créer des images hallucinées. James est le parrain de la vague labelisée “Hypnagogic Pop” par le magazine The Wire. Après avoir quitté sa Californie natale pour vivre à Berlin, en Angleterre et à Anvers, James s’apprête à retourner aux Etats-Unis. A la veille de son départ, nous lui avons proposé de faire un détour par l’ERG afin de nous présenter son travail.

“My idea is to translate effectively both the hellish condition of impoverished communities and also the abstract image of poverty mainly those in which I have been immersed in most of my life. I am naturally inclined to do this to pay homage!! I have seen firsthand the effects of poverty and the mental conditioning of those enslaved by this sort of economic system. I am in debt I feel to translate this message as it is quite a universal one as we are all displaced people alienated I think from ourselves and our land. I am naturally inclined to translate the aura of poverty that exists in black impoverished communities as this is my birthplace. I believe black people in America are still displaced slaves and encouraged by social laws to stay slaves. A slave mentality encourages mental slaves and volunteer slaves!! Yet this condition is a very universal thing and can be translated in a broader sense. We are all displaced disillusioned creatures now!! All of us slaves. The truth exists in both, all the bliss, all the agony and all the silver thrones…”
James Ferraro

ERG
AUDITOIRE
RUE DU PAGE

http://muscleworksinc.blogspot.com/
http://www.myspace.com/skaterseuropeantour


Projet portes ouvertes

Compte rendu de la rencontre avec Thierry Decuypere (architecte, Bureau vers plus de bien-être V+)

Comme vous le savez, nous étions parti sur l’idée d’étagères formant un espace (« cabane »)à l’intérieur de l’espace. Cependant en discutant avec Thierry Decuypere, il s’est avéré que le principe « étagère » n’était pas des plus judicieux (pas très pratique pour la manipulation, pas vraiment de mise en valeur des travaux, trop cher…) après plusieurs essais et propositions, nous sommes arrivés à un projet, se basant sur l’idée du présentoir. Donc, l’idée, c’est d’avoir pour seul matériaux plus d’une centaine de boîtes en carton (toutes identiques), qui, dans leurs assemblage, formeraient un parcours, se disposant tout aussi bien comme présentoirs, comme tables, comme étagères, comme sièges, comme écrins… (voir le croquis maladroit) Une installation pratique, simple, facile à réaliser, originale, et chouette !!
Le tout est maintenant de trouver une « factory » fournissant à moindre coût ces boîtes et de se prendre un après-midi pour la construction. Un autre RDV à donc été fixé (en espérant que tout marche comme sur des roulettes !) le mercredi 18 mars, à partir de 14h avec Thierry Decuypere !
Qu’en pensez-vous ?

Fleur