Posts from octobre 2009.

PLAYLIST DU JEUDI

… … tous les JEUDI de 12h à 13h à la CAFETERIA de l’Erg venez écouter la PLAYLIST de la semaine… … le principe est simple… … chaque semaine une sélection concoctée par des étudiants, des profs, des membres du personnel, des invités,… … le tout est stocké dans l’ordinateur de la médiathèque et chacun peut venir graver ou mettre sur sa clé-usb la/les playlist qu’il désire… … tout genre admis… …

!!!  B r i n g  T h e  N o i s e  !!!

JAMES FERRARO A L’ERG!!!

VIDEOGRAPHIE
ET MASTER 2 - Médiation du réel / Document & enregistrement
PRESENTENT

JAMES FERRARO,
THE LAST AMERICAN HERO
VERY SPECIAL GUEST.
MARDI 27 OCTOBRE (15H/19H) - ERG

> PRESENTATION DE POCHETTES/COLLAGES
> CONCERT
> PROJECTION DE SA VIDEO (CULTE), COMPILATION D’EXTRAITS DE SES FILMS FAVORIS (d’Evolver à Battlefield Earth)

Membre du duo The Skaters, et auteur en solo d’innombrables enregistrements sortis en CDr, cassettes, LP sous une multitude de pseudonymes, James Ferraro (23 ans?) est sans conteste l’un des musiciens les plus mystérieux, prolifiques et inventifs qui soient aujourd’hui. Son univers musical et graphique croise aspirations mystiques, cauchemar futuristes, développements oniriques à travers les fumées magiques des paysages post-industriels américains. Entre revival new age, cauchemars de Robocop et collages adolescents, ses compositions / improvisations / collages sonores sont généralement enregistrés sur cassette, développant simultanément une esthétique de la pauvreté et une recherche de l’extase, que l’on retrouve dans ses collages / pochettes de disques, superpositions de photocopies noir et blanc amalgamées jusqu’à créer des images hallucinées. James est le parrain de la vague labelisée “Hypnagogic Pop” par le magazine The Wire. Après avoir quitté sa Californie natale pour vivre à Berlin, en Angleterre et à Anvers, James s’apprête à retourner aux Etats-Unis. A la veille de son départ, nous lui avons proposé de faire un détour par l’ERG afin de nous présenter son travail.

“My idea is to translate effectively both the hellish condition of impoverished communities and also the abstract image of poverty mainly those in which I have been immersed in most of my life. I am naturally inclined to do this to pay homage!! I have seen firsthand the effects of poverty and the mental conditioning of those enslaved by this sort of economic system. I am in debt I feel to translate this message as it is quite a universal one as we are all displaced people alienated I think from ourselves and our land. I am naturally inclined to translate the aura of poverty that exists in black impoverished communities as this is my birthplace. I believe black people in America are still displaced slaves and encouraged by social laws to stay slaves. A slave mentality encourages mental slaves and volunteer slaves!! Yet this condition is a very universal thing and can be translated in a broader sense. We are all displaced disillusioned creatures now!! All of us slaves. The truth exists in both, all the bliss, all the agony and all the silver thrones…”
James Ferraro

ERG
AUDITOIRE
RUE DU PAGE

http://muscleworksinc.blogspot.com/
http://www.myspace.com/skaterseuropeantour


Barry McGee (Beautiful Loosers)

barry-mcgee-biennale-de-lyon-opening/

barry-mcgee-the-pasadena-center-for-the-arts/

Prise il y a deux jours…

... de l'idéal à ses dévoiements.
… de l’idéal à ses dévoiements.

“Tout est clair(e), tout est compris(e)”

“C’est la photographie d’une famille d’aujourd’hui: un couple, la petite quarantaine souriante avec enfant unique. Pas vraiment dynamique, plutôt statique, voir hypnotisée par le bonheur. A leur côté, bras croisés, le regard provocant, un jeune mannequin au large décolleté, comme un incongru contrepoint sexy à cette scène domestique. Le feu dans le foyer. Et tout cet étrange groupe pose derrière une épaisse paroi de verre qui flotte ostensiblement dans les airs. Un slogan, en forme de question sans réponse éclaire vaguement les motifs de cette insolite composition: “Pourquoi nous avons choisi la transparence?”. Cette publicité récente pour l’opérateur Internet Alice symbolise quelques-uns des enjeux essentiels d’un “idéal transparence” accompli au XXIe siècle. De fait, tout y est (ou presque). L’artificialité et la vanité d’un dispositif déréalisant : la paroi transparente mais pas invisible, qui isole autant qu’elle exhibe. Le regard halluciné de la mère qui semble s’égarer et dériver sur la surface réfléchissante sans apparemment pouvoir la traverser: illusionnisme aveuglant du matériau. Une trouble perversion érotique (l’allumeuse parasite incrustée au sein de la famille paisible, à la Théorème de Pasolini; qui s’expose par les mêmes moyens qu’elle demeure intouchable). Bref, une ambiance générale immédiatement séduisante et malsaine: entre hygiène, vérité, purification, révélation, exhibition, bonheur forcé, claustration, mensonge et dissimulation. Modélisation archétypale d’un certain rapport au monde, qui revendique la transparence comme vertu absolue et parangon sociétal (et moyen de faire vendre), devenu un gimmick idéel et formel de nos sociétés occidentales. L’idéal d’un regard omniscient, passe-muraille, pénétrant et ininterrompu, qui permet de tout voir en restant protégé. A tel point qu’on pourrait considérer que l’utopie précisément développée par Paul Scheerbart dans son Architecture de verre, celle d’une civilisation de la transparence qui allait modifier les rapports de l’homme à son environnement et à ses congénères, s’est finalement bien territorialisée, contrairement à ce que regrettait Walter Benjamin. Non pas systèmatiquement dans l’architecture des villes et des campagnes, toutefois, mais plus profondément et plus certainement en tant que valeur fondatrice dans les esprits et la morale collective, relayée à travers les messages de la communication de masse et de la publicité. Le poète allemand, suicidé en 1914, n’aurait peut-être finalement pu rêver plus pénétrant pour ses idées que le filtre lumineux et coloré que l’idéal vertueux de la transparence, mieux que la paroi de verre elle-même, a pu apposer sur la vie sociale, sur l’économie et le psychique universels.”

(in Rien que pour vos yeux - Transparence, L’idéal intouchable, Guillaume Désanges)


NIEVES !!!

Nieves is an independent publishing house based in Zurich, Switzerland. Founded in 2001, Nieves‘ focus is on publishing Artist Books and Zines.

COMBO by Blu and David Ellis

BLU

2009/10 GO!