Schéma actantiel

Précédent | 55/63 | Suivant

Né de l’analyse des contes de fées, le schéma actantiel formalise les relations dans l’histoire entre instances narratives, les actants, selon 6 fonctions : une relation fondamentale qui réuni un (actant) sujet et un (actant) objet. On reconnaît la relation classique du protagoniste à son objectif. Elle est enrichie de 4 pôles actantiels : d’une part, l’adjuvant et l’opposant , qui enrichissent la conflictualité du rapport sujet-objet. On reconnaîtra là le trio object-obstacle-conflit, déplacé dans le système relationnel ; d’autre part, le destinateur et le destinataire, plus spécifique, et qui servent de déclencheurs et de stabilisateurs à l’histoire. L’intérêt de ce modèle rudimentaire, est de questionner les structures relationnelles dans les histoires que vous produirez pour détecter les types, parfois inexistants, et parfois confus, de rapports entre les personnages. La richesse de l’outil vient aussi de sa grande maniabilité, car il est facilement combinale, déplaçable, inversable.

Voir à ce propos le texte sur le schéma actanciel, extrait de « Techniques du scénario » de Pierre Jenn