Création de personnage - Identification du caractère

Un caractère ne se déploie qu’à travers des comportements typiques, dans des situations typiques. Il faut ici identifier les caractères, extraits du dictionnaire de Véronique Fleurquin, dont les comportements archétypiques sont décrits.

Précédent | 13/13

1) -Son régal ? Les fêtes, les soirées, les dîners en ville. Il est sans cesse à s’habiller pour l’opéra ; à se pomponner pour une réception officielle ; à courir les vernissages, les remises d’Oscars, les projections privées. Il tutoie les plus grands artistes, appelle les ministres par leur petit nom. Quand il n’est pas de sortie, il organise chez lui une petite bouffe pour 50 personnes. Il ne lui reste guère de temps pour sa vie intérieure. Pourtant, il adore refaire le monde entre 2 petits fours, comme tout bon mondain.

2) -Un peu confus dans sa tête, empoté dans ses gestes, il se sent nigaud, godiche, mal dégrossi. Il envie la grâce de certains êtres fluides. Lui boite dans sa vie comme si quelqu’ébéniste négligent l’avait mal fini. Souvent, pourtant, son cœur est bien fignolé, porteur d’une gentillesse de toute beauté, d’un bon vouloir extrême. Mais entre cœur et corps ses bonnes intentions se coincent. Il patauge dans les mots, gaffe, s’embrouille. Pourquoi subit-il tant de malédictions ? Parce qu’il est un maladroit.

3) -Il est malaisé à décrire une fois pour toutes. Il change d’avis comme de chemise en fonction des opinions en cours et retourne volontiers sa veste. Ainsi, quoiqu’il advienne, il se trouve toujours du bon côté des choses : celui qui l’arrange. Vous le rencontrerez souvent dans le sillage des plus forts. Pourquoi n’est-il jamais en compagnie d’un sans-abri ? Parce c’est un opportuniste.

4) -Marchant en rangs serrés dans les manifs, ils arborent leurs pancartes et scandent leurs slogans.
Ils revendiquent, s’opposent à l’ordre des choses en clamant bien haut pourquoi. Dans la vie quotidienne, ce genre d’individu vous chipote pour un oui ou pour un non. Pourquoi met-il systématiquement en doute vos dires comme vos droits ? Parce qu’il est un contestataire.

5) -Trop bienveillant, bien trop compréhensif, il noie dans un flou artistique les préceptes élémentaires de la morale. Indulgent mais sans lucidité ni rigueur, il admet vos crimes comme il excuserait des péchés mignons dictés par la simple gourmandise. Finalement, il est un peu lâche. Tout comprendre, tout pardonner, ne rien interdire, c’est un moyen comme un autre d’esquiver la responsabilité.
Il vous déclare innocent pour mieux éviter de se sentir coupable. C’est normal, il est un laxiste.